Archives de Tag: cuisine asiatique

Nems aux petits légumes, poireau, lait de coco et noix de cajou

Première chose Chers Lecteurs, le nem n’est pas chinois mais… vietnamien.

Deuxième chose, c’est facile à faire ! Surtout une fois que vous avez les ingrédients de base (galettes de riz, vermicelles de soja et sauce pour rouleaux de printemps). La preuve, ces nems furent une grande première pour moi, et je suis loin d’être déçue ! Alors vous aussi, lancez-vous !

Troisièmement, même sans viande cette recette est savoureuse !

Maintenant, c’est parti pour une escapade asiatique, même si j’avoue que côté ambiance musicale en cuisine c’était plutôt J-Lo et Shaggy que de la musique vietnamienne !

DSCN1636

Nems avant cuisson

Dans cette recette, j’ai opté pour des galettes de riz mais vous pouvez très bien utiliser des feuilles de brick surtout s’il n’y a aucune épicerie asiatique à la ronde ! Mais pas d’impasse pour la sauce rouleaux de printemps, qui est pour moi quasi-indispensable pour avoir un « vrai » goût de nem.

Ingrédients pour 8 nems ( soit 2 gros mangeurs… oups j’en ai mangé 6 ce midi !)

Temps de préparation: Au moins 1 heure (recette déconseillée pour un repas dernière minute !)

  • 8 galettes de riz
  • un saladier d’eau chaude
  • 1 poireauDSCN1651
  • 100 ml de lait de coco
  • 1 échalote
  • 1 oignon
  • 1 carotte
  • 3 ou 4 champignons (bruns c’est meilleur)
  • 1 tomate pas trop juteuse
  • Une vingtaine de pois chiches (facultatif)
  • 1/2 botte de persil
  • 25 gr de vermicelles de soja
  • Une vingtaine de noix de cajou
  • Curry, gingembre et garam masala
  • Huile végétale pour la cuisson
  • Sel, poivre
  • 10 feuilles de menthe
  • Salade
  • Sauce rouleaux de printemps

 

Commencez par émincer le poireau, l’échalote et l’oignon finement. Pour ne pas pleurer, respirez avec la bouche ! Faites les revenir 15 minutes non pas dans de l’huile mais dans le lait de coco.

Pendant ce temps, couper en petits morceaux les champignons et la tomate (en enlevant le jus). Epluchez et râpez les carottes ou coupez les très finement. Ajoutez les avec le poireau pour encore 10 minutes. Pendant ce temps (car oui, on ne perd pas de temps !) coupez le persil et 2 feuilles de menthe, enlevez la peau des pois chiches et écrasez les entre vos doigts. Ajoutez ces derniers ingrédients au mélange. Faites bouillir de l’eau salée, quand elle bout, éteignez le feu et plongez y les vermicelles de soja pendant 4 minutes puis les égoutter dans une passoire. N’oubliez pas de remuer vos légumes entre temps.

L’assaisonnement: Salez, poivrez et ajoutez une bonne pincée de masala de même pour le curry et un peu (la pointe d’un couteau) de gingembre pour son effet aphrodisiaque …

Si le lait de coco est évaporé c’est cuit ! Le mieux pour en avoir le coeur net, c’est de goûter, en plus cela vous permettra d’ajuster l’assaisonnement selon vos goûts. Si oups, un peu trop d’épices tombe dans vos légumes, vous pouvez ajouter un peu de crème fraîche pour adoucir.

Ajoutez les vermicelles de soja coupés en morceaux de 2 à 4 cm. Réservez le mélange au frais, le temps de vous préparer à l’épreuve du pliage.

Pour cela, trempez la galette de riz dans de l’eau bien tiède pendant 3 secondes puis le placez sur un linge propre. Le prendre avec les deux mains pour la placer sur votre plan de travail.

Mettre une c.à.s de farce en longueur en bas au trois quart de la feuille. Ajoutez une ou deux noix de cajou émiettées (avec le fond d’un verre c’est facile). Repliez des deux côtés sur la verticale puis enroulez le nem en montant.

Bon ok, t’as pas tout compris... en images: nems

Quand vos nems sont roulés, faites chauffer de l’huile végétale pour friture dans une poêle . Il ne vous reste qu’à les faire cuire 5 minutes en les tournant sur chacun des quatre côtés pour qu’ils soient colorés. Faites attention que l’huile ne chauffe pas trop et que les nems ne brûlent pas. A déguster sur le champ !

 

DSCN1646

Mais comment on déguste tout ça ?

Je vous avoue que les baguettes et moi, ça fait deux et le nem et moi, c’est avec les doigts. Enroulez le nem dans une feuille de salade avec une feuille de menthe, trempez dans la sauce et régalez-vous !

Et qu’est-ce qu’on boit ?

Préférez un rouge fruité type Madiran, côte du Rousillon ou un blanc tel qu’un Savennières ou un Saumur blanc pour rester en vallée de la Loire !

Charlotte

Publicités
Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Shabu Sha – Paris 3ème

IMG_20140612_192357Retournons aux saveurs asiatiques avec une autre spécialité Chers Dodus : la fondue japonaise ! Alors oui, pour les connaisseurs, c’est d’abord un plat chinois. Mais il est apparu dans les années 50 au Japon et s’est rapidement adapté et fait connaître sur l’archipel.

Oubliez tout de suite l’image du pain qui se noie au milieu d’une marée de fromage fondu. Ici, on cuit nos aliments dans un bouillon nature (légumes et goji), au miso, au ma la (épicé) ou à l’agneau. A celà s’ajoute un assaisonnement de votre choix : sésame, satay, cacahuètes, barbecue, spéciale shabu sha ; le plus simple étant de venir à plusieurs, oublier de se la jouer perso et prendre plusieurs sauces à partager.

Pour les ingrédients, vous avez le choix ! Le restaurant propose une formule à volonté (18€ le midi et 25€ le soir) avec un tapis qui fait défiler les mets devant vous. Il ne vous reste plus qu’à vous servir en viandes, poissons, légumes au gré de vos envies et le verser dans le bouillon. Pour les amoureux des maki, sushi, california, vous en retrouverez aussi sur le tapis.

Le Chef dépose les ingrédients sur le tapis au fur et à mesure que l’on se sert ; le serveur vous débarassera de vos assiettes de gourmands qui s’empilent rapidement et vous resservira régulièrement de l’eau chaude ; et tout ça avec de merveilleux sourires ! Je partagerais bien avec vous mes sélections et mes conseils, mais dans la mesure où j’ai goûté à la majeure partie des mets et que j’ai tout apprécié, je préfère vous laisser découvrir ! En avant Dodus, laissez votre estomac vivre heureux et curieux !

.IMG_20140612_192732

Localisation et ouverture

  • 72, rue des Gravilliers
    75003 Paris
    01.42.77.06.69
  • Ouvert tous les jours sauf le mardi midi

 

 

 

Hélène

Tagué , , , , , ,

Happa Teï – Paris 2ème

 

P1220409 » Un restaurant japonais ? Oh tu vas voir, c’est surement encore un endroit avec du poisson cru sur un petit tas de riz gluant.  » Hé non ! Surprise ! Au Japon, on ne mange pas que des sushis. Loin de là même ! A Paris, la rue Saint Anne en est l’exemple parfait avec toute une ribambelle de restaurants préparant des spécialités culinaires japonaises.

Personnellement, j’adore cette rue et innocemment, elle ne me donne que plus envie encore d’aller au Japon (bien évidemment j’accepte tout don qui me permettra d’aller manger sur l’archipel à vos frais). Et aujourd’hui je vous présente l’Happa Teï, un restaurant cuisinant des spécialités d’Osaka, ville située au sud de l’île de Honshu, principale île du Japon.

.P1220396 - Copie (3)

Deux plats y sont à l’honneur :

Les Takoyaki : Des boulettes de pâte (style pâte à crêpes) fourrées de poulpe grillé. Souvent aromatisées de gingembre et de ciboule, et un large choix de sauces, des plus simples (mayo, ketchup, fromage) aux plus originales (la fameuse sauce sucrée salée, au soja ou bien au miso). Pas très attrayant ? Parfois, les mets les plus simples se révèlent être les meilleurs. La texture fondante des Takoyaki et leur goût simple relevé par les garnitures en convaincront plus d’un.

.

P1220403 - Copie (3)

 .

Okonomiyaki : Un joyeux mélange de pâte (souvent comparée à un pancake), contenant du chou blanc, des nouilles et après, c’est selon vos goûts : légumes, fruits de mer ou encore de la viande. Une assiette généreuse qui vous comblera avec son originalité.

.

..

Le service est réalisé par des japonais ce qui rend la chose d’autant plus sympa. Accueil chaleureux, sourire tout le temps présent, service rapide et toujours prêt à répondre à des questions de traduction franco-japonaise (Dodue grosse bouffe et embêtante à ses heures perdues).

 Attention au samedi en particulier, ce petit restaurant sur deux étages à beau proposer certains plats à des prix un peu élevés (jusque 5,00 € pour trois Takoyaki et à partir de 11,00 € pour une assiette de Okonomiyaki),  il y a foule à l’entrée.

En raison d’une capacité à déguster plus vite que son ombre, la délicieuse glace au thé vert Macha et sa pâte de haricot rouge n’aura pas eu le temps d’être prise en photo. Il ne vous reste plus qu’à vous rendre au Happa Teï et la découvrir par vous même. ITADAKIMASU !!

.

Localisation et ouverture :

  • 64, rue Saint Anne
  • 75 002 Paris
  • Ouvert du lundi au samedi

Hélène

Tagué , , , , , , , ,